skip to Main Content

Comment concevoir un plan de charpente ?

Comment Concevoir Un Plan De Charpente ?

Comme pour le bâti de la maison, la charpente du toit est un élément capital auquel il faut apporter le plus grand soin, notamment en établissant un plan. Même si ce dispositif se décline en une multitude de styles et de modèles, c’est une étape commune et incontournable pour mener à bien sa réalisation et sa pose. Effectivement, sans ce document, le maître d’œuvre risque de se perdre au fur et à mesure de la construction. La conception du plan de charpente passe par quelques étapes avant sa finalisation.

Les points à considérer avant la conception du plan de charpente

Avant de réaliser un plan de construction, il est impératif de bien connaître de quel type de constructions il s’agit. Il va sans dire que le plan sera basé sur les besoins du propriétaire, ses possibilités budgétaires et les contraintes en matière de design, la disponibilité des matériaux, etc. Mais quel que soit le cas en présence découlant du choix, il faut en maîtriser les arcanes. Pour cela, il faut connaître les notions liées à la charpente et savoir choisir le type qui convient le mieux à ses besoins.

Bien connaître les notions en matière de charpente

 Il n’est jamais trop tard pour en apprendre les arcanes même si on est débutant en matière de plan. Pour cela, il va falloir essayer de maîtriser plus ou moins les éléments principaux ou accessoires à la charpente. On doit savoir qu’une charpente est un assemblage de fermes, reliées par des pannes et doit être prête à recevoir la couverture grâce à l’ajout d’autres éléments comme, les chevrons, les liteaux, etc.

La ferme de conception basée sur la triangulation

Elle est formée par deux arbalétriers, un entrait et un poinçon. L’entrait est une grosse poutre servant de support aux éléments structurels, qui sont le poinçon et les arbalétriers. Le poinçon est la poutre verticale qui soutient le faîte et sert de lien entre l’entrait et les arbalétriers. Les arbalétriers sont quant à eux des poutres qui se rejoignent au sommet pour former la pente.

Les pannes

Les pannes sont disposées transversalement aux précédentes pièces, en plus d’être des pièces de liaison des fermes, servent à soutenir les chevrons. Il en existe 3 sortes dont la panne faîtière située au sommet, les pannes intermédiaires au milieu et la panne sablière en bas (directement sur les murs porteurs ou fixée sur l’entrait).

Les chevrons

Les chevrons sont les pièces de bois disposées dans le sens de la pente et qui vont accueillir les liteaux, les lattes, etc., qui eux, fixés sur les  chevrons parallèlement aux pannes vont recevoir la couverture.

Les contrefiches

Les contrefiches sont des pièces reliant le poinçon et l’arbalétrier. Alors que les chantignoles ne sont autres que des blocs de bois triangulaires fixés sur l’arbalétrier pour soutenir les pannes intermédiaires.

Éventuellement, il y a la charpente de corniches qui se décline en plusieurs modèles.

D’autres éléments peuvent s’ajouter en dessous de ces pièces pour optimiser la stabilité de la charpente et la répartition des charges. Il peut s’agir des pièces de contreventement et des pièces anti-flambages, destinés à maximiser la résistance de la structure aux pressions.

Choisir le type de charpente qui convient

De par la multiplicité des pièces et, aussi, des techniques de construction de la charpente, l’on peut distinguer un bon nombre de styles.

En tout cas, il faut distinguer les deux catégories de charpentes. D’un côté, celle qui est traditionnelle se caractérise par l’usage du bois massif permettant une esthétique sur-mesure, une excellente résistance aux charges. De l’autre côté, il y a la charpente industrielle ou à fermettes qui se distingue par sa configuration à faible pente, sa conception pleine, mais stable, à partir des pièces de bois de faible épaisseur.

En dehors de la distinction et du choix entre les différents modèles de charpente, il convient donc de déterminer si l’on a besoin d’une charpente avec combles perdus ou aménagés. S’il est possible d’opter pour des combles habitables avec la charpente traditionnelle, il est plus difficile d’obtenir cela en utilisant une charpente industrielle. Il va notamment falloir faire en sorte que l’entrait soit porteur de plus de charges, en devenant aussi le support du plancher. Mais il faut également éliminer certains éléments pour dégager la place (les contrefiches par exemple).

La réalisation du plan de la charpente

Après avoir choisi son design de charpente, il faut maintenant en déterminer la dimension, et donc la taille de chaque pièce de bois, des liteaux aux poutres. Cela découle pourtant de nombreux calculs pas forcément accessibles à tous, de manière à garantir la stabilité de la toiture face aux charges, à l’usage des combles aménagés ou du grenier, aux agressions verticales de toutes sortes. Il faut également penser aux possibilités en matière d’isolation, nouveau pivot de toute habitation moderne.

En tout cas, si la confection d’un plan de charpente se trouve plus compliquée que prévu, le constructeur ou un architecte peut s’en occuper. Engager un professionnel est d’ailleurs préférable, dans le domaine du bâtiment, pour éviter qu’un investissement aussi conséquent ne pèse encore plus lourd à l’avenir.

Back To Top