skip to Main Content

La charpente pour une toiture de type Mansart

La Charpente Pour Une Toiture De Type Mansart

Le toit assure une fonction primordiale dans l’habitat. Sa vocation première consiste à protéger le bâti ainsi que les occupants de la maison, des intempéries diverses et cela en garantissant l’étanchéité par la couverture qui la couvre. La toiture de type Mansart tient son nom de l’architecte du roi Louis XIV : François Mansart (né à Paris en 1598 et décédé en 1666). Il est reconnu avoir popularisé ce type de toiture. Plus précisément, c’est un toit comportant 4 versants, dont chacun possède une double pente d’inclinaison différente. Chaque versant adopte une pente douce, la partie supérieure dénommée terrasson, et une pente plus forte, la partie basse dénommée brisis. Par la suite, les ardoises ou les tuiles plates à trou de fixation sont les mieux indiquées pour la partie brisis qui est quasiment verticale et requiert une couverture correctement fixée. Cependant, d’autres solutions peuvent convenir comme le zinc ou le bac acier.

Les critères à prendre en compte

Pour établir le budget d’achat et de pose de la toiture de type Mansart, il faut prendre en compte quelques critères, entre autres :

  • La surface concernée. Si on ne connaît pas la surface réelle de sa toiture, il est conseillé de procéder à une mesure précise, avant l’envoi d’une demande de devis. En effet, il s’agit d’un facteur déterminant dans le calcul des quantités de matériaux et de la main d’œuvre requises.
  • Le type de structure. Pour la structure de support, on peut faire le choix entre une charpente traditionnelle et une solution fermette, appelée également industrielle ou en W. Il en est de même, entre une solution avec entretoises, lisses et des liteaux. La solution classique proposant des fermes, des pannes et des chevrons constitue aussi une option. À ce propos, au niveau des pannes, les techniques les plus utilisées sont le bois massif, le contre collé, le lamellé collé, le bois reconstitué ou le lamibois.
  • Les croupes, les noues et les arêtiers pour l’assemblage final et extérieur, y compris sur des modèles à 1 pente ou à 2 pentes. Le choix final peut être influencé par le type de toiture et de couverture destinée à être supportée par la structure, notamment le bac acier, les tuiles plates, les ardoises, le zinc ou le shingle.

À part la toiture de type Mansart, type de toiture à pente, la toiture plate présente également de nombreux avantages qui méritent d’être signalés.

Le toit plat

Le toit plat est adopté sur la plupart des constructions dites « contemporaines ». Ce toit se distingue par sa grande discrétion puisqu’il est souvent invisible du sol. Il permet également des adaptations très diversifiées, pour ne citer que l’ajout de végétalisation, l’aménagement en terrasse, l’intégration d’une piscine, l’intégration de jardin privatif… Comme point de vigilance, le toit plat nécessite une attention particulière sur l’étanchéité et sur l’écoulement des eaux de pluie, pour empêcher les problèmes d‘infiltration.

La toiture plate se différencie par le fait qu’elle ne se compose que d’un seul pan et se présente comme une terrasse. Sa structure est également différente, car elle n’est pas supportée par une charpente à proprement parler, mais d’un support, l’élément porteur.

Une toiture plate comprend plusieurs éléments, à savoir :

  • Le revêtement d’étanchéité. Il est placé en surface et sert de barrière à l’eau pour qu’elle ne pénètre pas dans la structure du toit plat et par conséquent, à l’intérieur de la maison.
  • L’écran pare-vapeur qui assure une protection maximale de l’isolant face à l’humidité,
  • L’isolant, pour assurer le confort thermique à l’intérieur de la maison.
  • L’écran d’indépendance, en option. Il permet de séparer les éléments chimiques constituant la toiture et qui pourraient être incompatibles.
  • Les ouvertures, pour faire entrer la lumière et assurer l’aération.

Les différents types de toiture plate

Le toit plat est un peu légèrement en pente. Cela permet de l’utiliser en tant qu’espace extérieur à vivre, qu’on peut accéder depuis l’étage supérieur. Dans ce cas, on le désigne plutôt par l’appellation, toiture-terrasse. Cependant, le toit plat n’est pas toujours accessible. Ainsi, on distingue :

  • La toiture plate accessible. Elle peut être recouverte de bois, de béton, de pierre, de carrelage et le support est conçu pour supporter le passage permanent ou non sur le toit.
  • La toiture plate inaccessible. Son accès n’est qu’à titre ponctuel, pour assurer l’entretien de la toiture ou de toutes les installations présentes sur la toiture et de l’étanchéité.

Les matériaux de support

La toiture plate peut être soutenue par un support qui assure le même rôle que la charpente. Comme support de toit plat, on utilise selon sa vocation :

  • La maçonnerie qui est une dalle pleine en béton ou en matériau composite avec des armatures d’acier. La dalle de béton peut être coulée sur place ou être une dalle en béton cellulaire armé, prenant la forme de blocs assemblés sur place.
  • La tôle d’acier. Elle est souvent associée à une dalle de béton armé.
  • Le bois ou le dérivé de bois qui peut être du  bois massif, du contreplaqué conçu pour l’extérieur ou des panneaux de particules de bois.

La pente de la toiture plate

Une toiture plate ne sous-entend point une toiture entièrement plate. En effet, si on omet de prévoir une légère pente, les eaux de pluie ne seront pas évacuées pour stagner à la surface du toit-terrasse. Dans cette optique, on doit alors adopter une légère pente comprise entre 1 et 5 %, selon la superficie. À titre indicatif, le toit plat inaccessible possède en principe, une pente d’environ 1 % si la version accessible ou toiture terrasse a une pente allant de 1,5 à 2 %. Le toit plat de surface importante ne doit pas dépasser les 5 %.

L’isolation de la toiture plate

Isoler une toiture plate est obligatoire et essentiel pour différentes raisons :

  • Assurer le confort thermique en hiver comme en été.
  • Empêcher les déperditions énergétiques et économiser en facture d’énergie.
  • Protéger le support de la toiture plate des changements de température.

En effet, la chaleur monte naturellement, et si l’habitation est mal isolée, 30 % des pertes énergétiques s’effectuent par le toit. Les matériaux d’isolation pour le toit plat peuvent être de différentes sortes. Ils peuvent être, entre autres :

  • Le polystyrène expansé (PSE).
  • Les laines minérales : de roche et de verre.
  • La perlite expansée.
  • Le verre cellulaire.
  • La mousse rigide de polyuréthane.
  • L’argile expansée.

Le choix de l’isolant pour toit plat

Le choix de l’isolant varie selon les caractéristiques de la toiture, pour lui être adapté et efficace. Les critères à prendre en compte sont :

  • Le type de toiture plate, accessible ou inaccessible,
  • Le type de support, béton, acier ou bois.

En outre, on doit également tenir en compte d’une autre contrainte lors du choix de l’isolant pour toiture plate. Il s’agit de la résistance à la compression, classée de A à D (classification allant de la moins résistante à la plus résistante). Par ailleurs, au contraire des toitures en pente et aux toitures arrondies, il est impossible d’isoler une toiture plate par l’intérieur. L’isolant se situera au-dessus du pare-vapeur.

Dans tous les cas, on peut toujours demander conseil auprès des artisans professionnels spécialistes de la toiture. Ils sont à même de recommander les solutions appropriées au type de toiture qu’on souhaite réaliser, qu’elle soit en pente comme le toit Mansart, arrondie ou plate.

Back To Top